was successfully added to your cart.

Panier

Droit pénal militaire, MDMH dans la presse, TJ METZ, audience du 21 janvier 2022

Ainsi que l’a révélé Cécile OLIVIER pour BFM TV ce lundi, un dentiste militaire de l’HIA LEGOUEST à METZ, comparaitra ce vendredi 21 janvier 2022 par devant le Tribunal judiciaire de METZ et sa chambre spécialisée en affaires pénales militaires. Il est poursuivi du chef d’agressions sexuelles.

Agressions sexuelles

Ainsi que l’annonce BFM TV :

« Un médecin militaire de 47 ans, chirurgien-dentiste à l’hôpital d’instruction des armées Legouest de Metz (Moselle), comparaîtra ce vendredi pour agressions sexuelles sur 7 femmes militaires. Les faits se seraient déroulés de mai à août 2021: lors de visites médicales destinées à valider leur départ en OPEX – opération extérieure -, cet homme, adjoint au chef de service, convoquait des femmes militaires afin de leur prodiguer des soins dentaires. »

« Les sept victimes identifiées racontent toutes le même scénario: un bras posé sur leur poitrine, une main sur l’intérieur de leur cuisse, durant des soins dentaires. Le chirurgien-dentiste nie toute connotation sexuelle à ces gestes. »

MDMH AVOCATS, sollicité par BFM TV précise :

« Mes clientes se sont senties trahies », déclare Elodie Maumont, l’avocate de 6 plaignantes. « Quand on est militaire, on s’engage jusqu’au sacrifice suprême de sa vie… Mais elles ne pensaient pas que l’attaque viendrait de leur propre camp, d’un soignant censé les protéger. »

Pour lire l’article de Cécile OLIVIER pour BFM TV : cliquer ic

Le Républicain Lorrain, par Sandrine ISSARTEL, reprend l’information et rappelle également l’avis du Ministère des armées en indiquant :

« Ces faits méritent une réponse pénale exemplaire tant au regard de leur gravité intrinsèque que du préjudice qui en résulte pour l’institution et pour ses personnels », a déclaré le ministère des Armées dans son avis rendu le 27 décembre 2021, estimant qu’il « y a lieu à des poursuites pénales à l’encontre du chirurgien-dentiste en chef »

Cet article précise :

« Le prévenu nie toute connotation sexuelle à ses attouchements et invoque « des douleurs chroniques et intermittentes à la main droite » pour justifier des palpations pratiquées sur les patientes. »

Egalement interrogé, MDMH AVOCATS a indiqué :

 « Mes clientes sont d’autant plus choquées qu’elles ont subi ces actes alors qu’elles allaient juste passer une simple visite chez le dentiste », a déclaré Me Élodie Maumont, avocate en partie civile , ajoutant que pour chacune d’entre elles, « le process était identique ».

Sandrine ISSARTEL rappelle également que :

« Cette affaire rappelle, en bien des points, celle du Dr Christian Frey , ex-médecin de la police du Grand Est, condamné par le tribunal de Metz en novembre dernier, à 18 mois d’emprisonnement avec sursis pour des agressions sexuelles sur seize personnes. Il avait été reconnu coupable d’attouchements et de palpations insistantes et déplacées au cours des visites médicales qu’il faisait passer aux jeunes recrues de la police. »

Pour lire l’article de Sandrine ISSARTEL pour LE REPUBLICAIN LORRAIN : cliquer ici 

Affaire à suivre et audience à venir ce vendredi 21 janvier 2022 à METZ.

© MDMH – Publié le 19 janvier 2022

Maître Elodie MAUMONT